Des obligations socialement responsables bientôt en Wallonie

En sa séance du jeudi 9 février, sur proposition du Ministre du Budget Christophe LACROIX, le gouvernement wallon a approuvé la mise en œuvre de mesures visant une gestion efficace et active de la dette wallonne.

Dans le cadre de sa politique de gestion active de la dette, le Gouvernement wallon a décidé de mettre en place différentes mesures ; parmi elles, l’émission d’obligations socialement responsables.

L’évolution des marchés financiers démontre que les émissions dites « socialement responsables » se développent très largement. Certaines entités ont déjà fait le choix d’émettre ce type d’obligations ; c’est notamment le cas de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans ce cadre, la Wallonie envisage de faire appel à une agence de notation extra-financière, en vue notamment d’émettre des obligations socialement responsables. La Wallonie pourrait choisir de faire noter la région dans sa globalité, ou uniquement certains programmes d’investissement spécifiques ; plusieurs pistes sont à l’étude actuellement. Cette volonté s’inscrit dans une politique d’investissement respectueuse de la bonne gouvernance, éthiquement, socialement et environnementalement responsable.

La Wallonie a également décidé de rapatrier les trésoreries de certaines unités d’administrations publiques en centralisation de trésorerie. C’est le cas notamment du CRAC, de la SWL, de l’AVIQ, du Forem, de la Sogepa ou encore de la Spaque. Cette mesure a pour avantage notamment de valoriser dans la centralisation l’apport de trésorerie des UAP concernés ; apport qui, à ce stade, n’était pas pris en compte par l’agence de notation dans le calcul de la dette. Cette mesure vise également à dissuader les entités d’utiliser leurs réserves ou de les placer ailleurs.

Concernant les entités hors centralisation de trésorerie et reprises dans le secteur S13.12, telles que la SRIW, la Wallonie émettra désormais des bons de trésorerie au sein de ces entités. Cette opération permet de ne pas augmenter la dette brute au sens Maastricht via une neutralisation des emprunts effectués au sein du périmètre. Elle permet également d’optimaliser le cash disponible au sein du périmètre de la Région et, par conséquent, de limiter le recours externe aux capitaux. 

Plus d’infos ?

Charlotte Quevedo – Attachée de presse
charlotte.quevedo@gov.wallonie.be – +32 498/66 66 10